jeudi 15 juin 2017

Merci aux réalisateurs qui savent ce qu'ils font avec leurs comédiens - Etude de cas Pas papa de T. Vittoz

Il faut dire ce qui est, avec un seul article publié depuis le 1er mai et aucune nouvelle bande démo découverte pour succéder à celle d'Antoine Millet, on dirait bien qu'il est temps que les vacances arrivent. Alors avant de se revoir en septembre je voulais finir l'année sur un petit billet d'humeur. Celui-ci va être simple et efficace et fait suite à la projection du court-métrage Pas papa de Tamara Vittoz à laquelle j'ai été invité il y a quelques semaines.

Le 19 mai dernier, Vincent Chaumont, dont j'avais mis la bande démo en avant dans l'observatoire de démo, me propose d'assister à la projection du court-métrage Pas papa auquel il a participé; J'y ai été avec plaisir puisque c'était également l'occasion pour moi de rencontrer Vincent.

lundi 1 mai 2017

Antoine Millet : Une énergie vive à laisser vivre

Pour ce mois d'avril, la démo que nous souhaitons mettre en avant est plus proche d'un coup de coeur que d'un choix de raison. En effet, la démo d'Antoine Millet est clairement orientée sur une direction, or nous aimons mettre en avant des comédiens qui vont présenter plusieurs facettes à travers leur démo, que ce soit sur des propositions de personnages ou sur des propositions émotionnelles. ici, la démo, très cohérente, nous indique réellement une orientation du comédien.

mercredi 26 avril 2017

De la difficulté à ne pas rappeler au spectateur que tout est faux

photot d'un extrait de la pièce Intra-Muros
Intra-Muros d'Alexis Michalik
Il me semble entendre dire régulièrement que le public est bienveillant, que le public accepte de de se prendre au jeu, qu'il y a un pacte tacite entre l'acteur et le public : "Toi acteur, si tu fais ton job sincérement sur scène ou à l'écran, Moi spectateur j'accepte de te suivre dans ton monde et de pallier au manque de réalisme du décor ou de la situation". Je suis plutôt d'accord avec cette vision, et lorsque ce n'est pas le cas, c'est que votre public est constitué soit d'autres comédiens soit de gros relous. Pour le reste, il me semble que le public, est prêt à vous croire et à vivre l'histoire que vous lui proposez. Le comédien pourrait surfer facilement sur cette bienveillance, mais hélas, comme on n'est pô mâlin beaucoup d'entre nous se tire une balle dans le pied en offrant au public l'opportunité de se rappeler que tout est faux. C'est couillon quand même...

mercredi 5 avril 2017

Particularités corporelles et posture globale du personnage. Réparer son corps pour mieux le casser.


Issue du site Prana Yoga Classes
En me promenant il y a quelques jours, je repensais à la performance de Daniel Day-Lewis dans There will  be blood de Thomas Anderson. A travers son rôle de Daniel Plainview, et comme souvent, M. Day-Lewis est une source d'inspiration pour tout acteur. L'angle qui me fascina lors de ma petite promenade était la création du fonctionnement corporel de son personnage.  Ce dernier, ayant un handicap à la jambe, adopte une démarche particulière qui se fait ressentir dans l'ensemble de son corps y compris dans le haut du corps avec une subtilité ou plutôt un réalisme déconcertant.

Bref, tout celà me rappela combien j'essayais moi-même de mettre en place un travail corporel général qui me permettrait de mieux maîtriser cet aspect du jeu. Et j'en suis arrivé à cette réflexion assez paradoxale : Je souhaite depuis quelques temps me "réparer" corporellement afin de pouvoir revenir à mes défaut en toute conscience / maîtrise. Lorsque l'on propose une caractéristique physique à son personnage (ce qui est un engagement créatif qui me plaît bien), celle-ci doit bien sûr être maîtrisée et volontaire.

vendredi 31 mars 2017

Fleur Monharoul : L'intrigante étrangeté qui accroche l'écran

Portrait de la comédienne Fleur Monharoul
Pour cette fin de mois de mars, je souhaiterais mettre en avant la bande démo de Fleur Monharoul. J'avais déjà été intrigué par sa démo précédente, je viens d'en découvrir une nouvelle mouture.

Ce qui m'a donné envie de partager cette démo est l'originalité et l'étrangeté qui se dégagent du travail de Fleur. Les personnages proposés accrochent la caméra, l'actrice possède quelque chose qui lui est propre, qui intrigue. Naturellement ses personnages semblent destinés à être des personnages forts (dans le sens ayant une présence forte à l'écran). Parmi les centaines de démos visionnées de comédiens n'ayant pas d'agent (au jour de leur visionnage) un grand nombre se fondent dans la masse. Pour ma part cette démo tire son épingle du jeu. Contrairement à d'habitude je ne saurais pas vraiment évoquer d'éléments directement liés au jeu de Fleur tout simplement car il y a quelque chose, à nouveau, d'étrange et d'intrigant qui biaise mon jugement. 

jeudi 30 mars 2017

La précision de la partition pour la liberté d'action

Je suis convaincu qu'un comédien a besoin de connaitre sa partition parfaitement pour libérer son action. Je me suis fais cette remarque tandis que je travaillais une chanson (oui j'avoue en ce moment tous les articles me viennent pendant mes cours de chant). Il me semblait maîtriser en partie la chanson (High Flying Adored, Evita), en tout cas, à mon petit niveau la connaissance du rythme et tempo que j'en avais me semblait amplement suffisante. Or, mon professeur à ce moment là, Simon Porter, qui est notamment coach vocal à Disneyland Paris, m'a montré ce qu'était réellement la précision... il s'avère que j'étais régulièrement à côté du temps prévu. Nous avons donc travaillé exclusivement sur le rythme, et c'est également ce que j'ai fait toute la semaine qui a suivi chez moi, note à note, sans la mélodie, me caler précisément sur le rythme, au temps près. Je crois que je m'en approche. Le plus amusant est que l'idée derrière celà est de pouvoir en sortir, parfois. En effet, que l'on soit chanteur ou comédien, je crois profondément que pour s'offrir quelques libertés dans notre partition, il faut en premier lieu la maîtriser parfaitement, de façon très carrée.

vendredi 17 mars 2017

Auto-analyse vidéo : Scène musicale, L'Etrange Noël de M. Jack


Captation L'Etrange Noël de M. Jack
Voici la vidéo d'une petite scène chantée lors de laquelle j'interprète Jack, le personnage du film l'Etrange Noël de M. Jack de Tim Burton. L'idée n'est pas d'en juger le chant, chaque chose en son temps. En effet, bien que publique, cette représentation n'en reste pas moins une étape de travail avec l'objectif de pouvoir à terme ajouter le chant à mon travail de comédien. Mais pour aujourd'hui je vais me concentrer uniquement sur le jeu.

Avant tout, 2 petites anecdotes sur la vidéos ci-dessous permettant de voir qu'il peut se passer plein de choses dans la tête d'un comédien sur scène sans que le public ne s'en doute :

lundi 6 mars 2017

Le nécessaire engagement créatif du comédien

Il y a quelques jours je regardais l'un des derniers films que je n'avais pas encore pris le temps de découvrir dans la filmographie de Tom Hardy. Il s'agissait de Legend de Brian Helgeland dans lequel T. Hardy joue les rôles de deux jumeaux. Une double prestation, parfait, rien de tel pour ressentir et comprendre davantage encore sa façon de travailler. J'ai alors pensé que je pourrai même faire un petit dossier sur son jeu, illustré d'un montage d'extraits de ses performances dans diverses œuvres, et plus encore, j'ai pensé que ces dossiers spéciaux sur le jeu d'un acteur spécifique pourrait devenir une rubrique à part entière pour le blog. Je me suis alors rappelé que ça me rapportait pas un rond toutes ces conneries et que je devais garder un peu de temps libre pour gagner ma vie. Je vais donc, pour l'heure, abandonner mon idée initiale mais profiter tout de même du jeu de Tom-Tom pour rebondir sur un autre sujet : le nécessaire engagement créatif du comédien.