mercredi 26 avril 2017

De la difficulté à ne pas rappeler au spectateur que tout est faux

photot d'un extrait de la pièce Intra-Muros
Intra-Muros d'Alexis Michalik
Il me semble entendre dire régulièrement que le public est bienveillant, que le public accepte de de se prendre au jeu, qu'il y a un pacte tacite entre l'acteur et le public : "Toi acteur, si tu fais ton job sincérement sur scène ou à l'écran, Moi spectateur j'accepte de te suivre dans ton monde et de pallier au manque de réalisme du décor ou de la situation". Je suis plutôt d'accord avec cette vision, et lorsque ce n'est pas le cas, c'est que votre public est constitué soit d'autres comédiens soit de gros relous. Pour le reste, il me semble que le public, est prêt à vous croire et à vivre l'histoire que vous lui proposez. Le comédien pourrait surfer facilement sur cette bienveillance, mais hélas, comme on n'est pô mâlin beaucoup d'entre nous se tire une balle dans le pied en offrant au public l'opportunité de se rappeler que tout est faux. C'est couillon quand même...

Depuis peu, cette phrase est devenue l'un de mes mantras en tant que comédien "Ne pas donner au public l'occasion de se rappeler que l'on est sur scène". Me répéter cette sentence me permet d'éviter certains écueils et m'aide parfois de faire les bons choix entre diverses options. C'est également un principe qui peut aider le comédien qui a tendance à sur-jouer. On peut parfois vouloir accentuer, forcer certains gestes car on veut transmettre plus de choses... mais lorsque l'on manque de recul sur son travail, on ne se rend pas compte que ces mouvements sonnent faux. Ces mouvements essaient de forcer le spectateur à voir quelque chose, c'est voué à l'échec. La seule conséquence de ce type de mouvements est de rappeler au spectateur que tout est faux et de le sortir de votre histoire... c'est dommage. Au mieux vous passez pour un cabotineur, au pire... heu... il n'y a pas de pire ce n'est que du théâtre, ne nous formalisons pas non plus ! Je reprends : Au mieux vous passerez pour un débutant maladroit, au pire pour un cabotineur (ah ça va mieux !). Mais celui pour lequel c'est le plus dommage c'est pour le spectateur qui ne demandait qu'à vous croire et à s'embarquer dans votre histoire, vous n'aviez rien à faire et surtout pas à essayer de le forcer à vous croire, ça n'aura eu que l'effet inverse.

Ce que le spectateur sait faire c'est de vouloir croire à une histoire; l'y forcer en revanche ne fonctionnera JAMAIS et entrainera même une aversion du spectateur pour la représentation (cinématographique ou théâtrale). Le spectateur est capable d'accepter naturellement beaucoup de choses : qu'il n'y ait pas de décor, que l'époque soit différente, qu'il y ait de faux raccords, qu'un même acteur joue différents personnages, que le scénario ait des lacunes... Le spectateur est capable de passer au-dessus de tout celà, MAIS SI un comédien vient lui rappeler dans chacun de ses gestes que tout est faux, ça risque de ne pas bien se passer. Il n'y a pas lieu de mettre des bâtons dans les roues du spectateur qui fait déjà l'effort de passer outre de nombreux détails. Alors comédiens, soyons sympas, acceptons de nous couler dans l'histoire et de ne pas donner au spectateur des raisons d'en sortir à travers des mouvements que vous forcez. Si vous forcez c'est que ça n'a pas sa place !

Parenthèse :
Oui mais on dit qu'il vaut mieux en faire trop que pas assez ?
Oui enfin en répétition surtout, histoire de pouvoir gommer et affiner les choses ensuite.



Parfait ! Il n'en fait pas des caisses, moi j'y crois, il est mort le toutou :( ... Oh noooooooon !!!! 

Oui, mais en même temps tu fais (j'avoue je me tutoie) un article sur l'engagement créatif nécessaire du comédien mais comment le comédien peut apporter de lui-même si il doit s'effacer pour ne pas encombrer le spectateur ? L'un empêche pas l'autre. En revanche, ça rend nécessaire une chose qui s'appelle le travail. Si vous donnez un tic corporel ou une attitude spécifique à votre personnage, ne le faites pas juste pour le faire, faites le parce que vous en ressentez le besoin, parce que vous êtes persuadé que celà va ajouter de la valeur à la représentation, mais surtout faites le si vous l'avez travaillé dans un tout cohérent... et que vous avez travaillé ce tic ou cette posture tant de fois qu'elle fait partie de vous, ou mieux encore qu'elle fait partie de l'histoire. Tout ce travail doit être fait en amont et non pas au dernier moment face au public, il ne faut surtout pas jouer pour le public sur le moment ! Il ne faut plus réfléchir à tout celà une fois sur scène. Soit les choses sont présentes naturellemment, soit elles ne le sont pas, et dans ce cas, la représentation n'est pas le moment d'aller les chercher... tant pis vous travaillerez et intégrerez mieux les élements manquants le prochain coup. 

Ne faisons pas nos autruches, au fond de lui, chaque comédien sait parfaitement si il est en train d'être sincère dans son jeu avec une réelle proposition artistique ou si il s'adonne à du cabotinage facile; si il a suffisemment travaillé pour que son personnage devienne totalement naturel ou si il  se contente de faire croire qu'il a travaillé pensant dupper le public.

Alors à nouveau, se rappeler que le public accepte spontanément de nous croire peut nous aider à ne pas vouloir sur-jouer. Récemment je suis allé voir Intra-muros d'Alexis Michalik, dans ce spectacle comme dans beaucoup de ses spectacles d'ailleurs, il apparait clairement que le metteur en scène fait confiance à la bienveillance et à l'imagination du public, et regardez le succès de ce metteur en scène ! Bien sûr nous sommes là à l'échelon de la mise en scène théâtrale, mais je pense que le spectateur est tout aussi bienveillant au niveau du jeu du comédien. Si, en tant que comédien, nous ne sommes pas capable de faire passer un message subtilement ou de faire comprendre l'intériorité du personnage, alors il est préférable de faire confiance au spectateur pour combler ce manque par son imagination et son envie d'y croire plutôt que de forcer notre jeu et de donner des raisons à ce spectateur de se rappeler que "tout est faux".

En conclusion : 

1) Il faut faire confiance au public, mais il ne faut pas se foutre de sa gueule.
2) Il ne faut pas craindre l'engagement créatif mais il faut beaucoup travailler, croire sincérement à ce travail, et, en cas de performance non convaincante accepter de se tromper en s'interrogeant honnêtement sur ce qui a faussé notre approche dans le travail sur tel ou tel personnage.

Enfin ce que j'en dis moi... et vous ? Vous en dites quoi ?

3 commentaires :

  1. Analyse très interessante ! Merci.
    Une petite remarque, tout de même (histoire de dire que j'ai quelque chose à ajouter ... ).
    Il m'arrive d'aller voir des spectacles où, manifestement, les comédiens se "moquent un peu" (euphémisme) du public (hyper mega sur-jeu, regards imprécis, pas -ou peu- d'écoute du partenaire, répliques qui se chevauchent etc etc ..). Bref, un petit enfer à vivre en tant que spectateur. Mais à ma grande surprise, je constate à chaque fois qu'une bonne partie des spectateurs semble conquise. Les gens rient de bon coeur et leur mine réjouie en fin de spectacle en dit long sur le plaisir qu'ils ont pu prendre pendant le spectacle. En conclusion, je crois que si les comédiens ne doivent pas se "foutre de la gueule du public", il semble que la frontière entre un "bon" et un "mauvais" spectacle soit plus que subjective ...

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Vincent,

    Je partage bien entendu votre remarque. Je suis moi-même parfois surpris du succès de certaines pièces qui me semblent pourtant tout miser sur des artifices peu subtils ou usant de ressors comiques/tragiques qui me semblent un peu faciles. Je vois à celà plusieurs raisons en vrac :

    - Sur de petites pièces, les créateurs de la pièce ont pour public en grande partie des proches dont la bienveillance biaise leur jugement objectif.
    - Il peut y avoir un manque de "connaissance" / "d'éducation" qui peut induire le spectateur en erreur. Je ne souhaite pas être élitiste ici. Ce que je souhaite signifier est que, personnellement, n'étant pas expert en oenologie ou en art pictural, je peux parfois m'enjouer sur des vins ou des tableaux sans avoir la moindre conscience du manque de qualité, de compétences de son producteur ou sans éprouver d'empathie particulière pour l'histoire et le travail qui se cachent derrière un vin ou tableau. Dans la même optique, je crois ainsi qu'il est bien plus difficile pour un public "non professionnel" de faire la différence entre un comédien de talent et un comédien médiocre que de faire cette même différence entre un chanteur de talent et celui qui est encore médiocre. C'est injuste mais le travail et la qualité du comédien est difficile à cerner pour le grand public. J'en parle un peu dans cet article http://aupetitcomedien.blogspot.fr/2016/05/chanter-sur-scene-pour-grandir-comme.html
    - Il existe des types de jeu qui sembleront sur-joué pour certains (la clownerie, le boulevard...) alors qu'en réalité il ne s'agit que d'un type de jeu qui n'est pas moins sincère qu'un autre. Il est parfois difficile de faire la part des choses entre "est ce que l'interprétation est mauvaise ?" ou "Est ce que je n'aime pas ce type de jeu ?"
    - Le public ayant payé sa place souhaite son "retour sur investissement" (pardon pour cette expression barbare) et souvent va s'auto-motiver à rire et profiter du moment qu'il est en train de passer plutôt que d'avoir des regrets. Et ça, quelque part, c'est bien de savoir profiter du positif de chacun de ses moments de vie même quand la pièce en cours n'est pas géniale :)

    Et d'autres choses encore... En tout cas votre remarque est un élément de plus indiquant que le public est plutôt bienveillant et que celà doit être une raison supplémentaire pour que le comédien ne se sente pas l'obligation d'en faire trop au point d'être faux... c'est plus facile à dire qu'à faire. Il est difficile d'avoir le recul nécessaire. Mais me rappeler qu'il est inutile de FORCER le public à me croire peut m'aider à gommer certaines erreurs de jeu faux.

    A nouveau, les articles du blog sont davantage destinés à se poser des réflexions sur le jeu pur de l'acteur en tant qu'Art et chercher des façons de progresser plus que de décortiquer des pièces ou des films. Là dessus je manque de connaissances. Même lorsque je veux mettre en avant une pièce comme Un Poyo Rojo (http://aupetitcomedien.blogspot.fr/2016/10/un-poyo-rojo-primero-en-espanol-ensuite.html), l'idée est surtout de ressortir les éléments directement lié au jeu des acteurs plus qu'à la pièce en elle-même. Dans cette optique je voudrais partager dans ce long commentaire une phrase issue du bouquin Le travail à l'Actors Studio que j'ai justement lu hier (dans le train, en route vers ma BZH natale) et qui fait un peu écho à cet article :

    "L'expression n'a pas besoin d'être forcée; une des capacités fondamentales de l'être humain est de penser, d'expérimenter et d'exprimer; il crée des résonnances chez celui qui observe, qui a payé sa place et qui en veut pour son argent."

    Merci pour votre commentaire, heureusement qu'il y en a peu quand je vois la longueur de mes réponses,

    Bonne journée !

    Gwendal

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Gwendal pour votre (longue) réponse.
      Damien, comédien ... amateur.

      PS: Oui, je sais, c'est bizarre de préciser "amateur" derrière "comédien", mais j'ai toujours du mal à me sentir légitime face à un comédien "professionnel", même si nous partageons la même passion... Bref, vaste et éternel débat ... peut être un point de départ pour un prochain article ? ;-) Merci et au plaisir de vous lire.

      Supprimer